Dépendance sexuelle

Bienvenue sur le forum d'entraide pour les co-dépendant(e)s et dépendant(e)s au sexe sous toutes ces formes (tchat, porno, escorte, etc.). Vous y trouverez des espaces de partage et d'entraide, ainsi qu'un espace collaboratif (wiki) et des vidéos. N'hésitez pas à vous inscrire et partager votre histoire en toute confidentialité.

Journal de bord - HSHelp

HSHelp

New member
Je crée ce topic pour en faire mon journal de bord de mon sevrage.

Je n'ai encore envie de prendre le temps de l'abonder mais je crée le topic maintenant pour sauter le pas et le faire plus tard.
Peut-être dans quelques heures ...
 
Bienvenue à toi HSHelp, ici on peut tout raconter, des choses qu'on ne partage nulle part ailleurs, cela fait du bien. 

Prends ton temps...
 
J'ai décidé VRAIMENT d'arrêter le porno et les tchats X, le 22 mars 2023.


J'ai gâché un couple merveilleux, avec une fille merveilleuse à cause de mon addiction.
Je ne me le pardonnerai jamais.

J'ai supprimé définitivement mes comptes, changeant les mots de passe en tapant des codes aléatoires. J'ai supprimé les images que j'avais dans mes disques durs.


Je suis à mon 10e jour de sevrage.

Les premiers jours ont été facile, atomisé par la tristesse de la séparation, e n'avais le gout de rien.
Ensuite j'ai passé quelques jours en famille, à la campagne, je n'ai pas pensé au porno.

Puis là, depuis quelques jours (6-7-8...) j'ai des envies.
J'ai le bas du ventre qui se compresse, qui m'invite à me libérer.
Je me retrouve seul face à mon ordinateur et je suis tenté.

A chaque fois que cela arrive, je me mets sur le forum, que j'ai en favori. Et je lis. Je lis une histoire triste comme les nôtres, pour éloigner le mal.

Dans ma tête, je me dis que c'était avant qu'il aurait fallu faire ce sevrage, que maintenant qu'elle est partie, ça ne sert à rien. Puis je me rappelle heureusement qu'il me reste une longue vie heureuse à vivre et qu'il faut que je me libère de ce mal, dès maintenant, pour que justement cette vie soit heureuse.

Parfois, il me vient des images X en tête, alors j'ouvre en grand les yeux. Je tente de les chasser. Je veux me débarrasser de ces images imprimées en moi.

Ce matin, j'ai senti un début d'érection matinale, ça m’a fait plaisir. Je veux être un homme vigoureux pour la femme que j'aimerai et qui m'aimera. Je dois continuer dans cette voie.

Parfois, je me dis que 10 jours, c'est déjà un bon début, que je peux me faire un cadeau, me faire du bien une petite fois, pour se soulager de cette pression, de cet ennui, de cette tristesse.
Mais je me rappelle les propos, les positions sur l'addiction, à l'alcool notamment. 
Pas un verre, pas une goutte. Sinon c'est l'enchainement, la dégringolade.

Alors pour moi, ce ne sera pas une vidéo, pas un tchat, pas un texte, pas un pixel. 
Peut-être que je me masturberai à l'imagination dans quelques jours. Si j'en ai envie (et pas besoin !). Si j'ai une véritable érection, saine.
J'ai lu que les images revenaient dans ces moments là, c'est hors de question. Je ne le ferai pas en pensant à mon ex, c'est trop triste.
Alors je ne sais pas trop à quoi je ferai ça.

Je sais que je dois me remettre au sport. Ça sera l'objectif des prochains jours.

[Merci à vous pour vos écrits que je lis, attentivement. On expurge nos pensées et on en crée chez les autres. Continuons]
 
Quel beau témoignage! J'espère que tu vas réussir à trouver ton rythme dans cette nouvelle vie.

Il n'est jamais trop tard pour se prendre en main.

Il faut effectivement remplacer tout ce temps que tu passais à rechuter par quelque chose de positif.

Tiens nous au courant pour la suite!

Lâche pas, car tu nous donne de l'espoir.

Merci
 
Salut HSHelp,

Je ne sais pas si tu veux, mais est-ce que tu pourrais en parler de ta séparation? Qu'est-ce qui s'est passé? Est-ce que c'est ta conjointe qui n'acceptait pas ton problème? Est-ce que tu as fais des, disons, bêtises, qui ont provoqué la rupture. Genre escortes ou infidélités?
 
[Pour répondre à Arthaghas : Je n'ai jamais parlé de mon problème avec elle. J'ai que trop peu eu conscience de mon problème. Mais du coup. Je n'ai pas fait de "betise", j'ai fait pire. Je n'ai rien fait de sexuel avec elle. Alors qu'elle voulait... Je mourrai avec ce regret.]

J'ai pris le temps pour remettre un message.
Je digère ce qu'il m'arrive.
Elle ne revient pas. Elle est plus heureuse, sans moi...

Moi de mon côté, j'ai trouvé quelqu'un avec qui expérimenter les choses du sexe. Elle appréciait même les textes érotiques que j'aime écrire.
Très dérangeant comme expérience. De faire lire mes textes, ces textes X qui ont brisé ma vie, mon couple.

J'ai regardé du porno pour lui rédiger des textes. Ca a brisé mon abstinence.
J'ai "enfin" fait du sexe réel avec quelqu'un mais sans amour. Alors que j'avais l'amour sans le sexe.
Et avec une femme tellement moins belle que mon ex... bref c'était psychologiquement difficile.
Je n'ai pas bandé dur et c'est ce qui m'inquiète. Je sais que ces années de cybersexe ont laisser des traces...


Aujourd'hui j'en suis à mon 17eme jour sans porno. 
Et je ne bande pas... c'est ce qui m'inquiete le plus. 
Pas d'érection du matin, même quand je caresse doucement.

Et c'est là que c'est vicieux. Je sais qu'en 2 images X, je banderais mais c'est cette exposition qui m'a rendu comme ça. 
C'est vraiment une saloperie, une drogue qui ronge.

Il faut que je trouve un.e psy prêt de chez moi, un.e sexologue. Il faut que je parle de mon parcours et que je soigne ça.
Peut-être que je vais avoir besoin de pilule bleue, je sais pas. Il faut que je me renseigne.
 
Nous sommes le 21 octobre. 
8 mois après ma décision de tenter sérieusement d'arreter le porno et pour l'instant, c'est un échec.
9 mois après avoir perdu l'amour de ma vie, aussi bêtement que possible.

J'ai fait quelques périodes de 10-20 jours.

Mais à chaque fois mon cerveau (ou moi, pourrait on dire) arrive à se convaincre que je peux mériter une petite dose, un petit shot de dopamine.

J'ai reussi à arreter quasi-définitivement les chats/discussions X en ligne/les rolesplays érotiques. 
Maintenant je n'ai que le porno, qui ne m'excite pas vraiment, je le consomme froidement, sans y prendre de plaisir sauf pour le shot de dopamine final. 

Je suis très inquiété par ma capacité erectile. Parfois au bout de 3 jours de sevrage, je suis frustré qu'aucune érection naturelle ne vienne. Alors, je me dis : "Regarde une vidéo, pour voir si ca marche toujours" et je craque comme cela.

Je me suis fait prescrire des pillules bleus, j'ai peur de ne pas bander lors d'un RDV galant.
J'espère ne pas en prendre seul. Je ne crois pas que j'irai jusque là.

Quand je craque, que je brise mon sevrage, c'est l'enchainement en quantité pendant plusieurs jours. 
Il ne faut JAMAIS relâcher la pression. 

J'ai consulté un psy'.
J'ai fait 2 séances. C'est intéressant mais pas magique. Ca me frustre pas mal, que ca ne me fasse pas avancer plus vite.
Il veut me soigner moi, je veux soigner mon addiction. (Je sais qu'il a raison, même si je ne sais pas ce que ca veut dire).

Je ne suis pas certain d'être sexuel. Je ne pense pas non plus être asexuel.
J'ai ce gout, ce probleme pour l'image, le texte, la vidéo.
Mais jamais une idée perverse ne me traverse l'esprit quand je vois, quand je parle à une jolie fille. Je pensais que j'étais justement gentleman, poli, sain. Mais je crois que ce n'est pas le cas. J'ai un problème. 
Peut-être que c'est en moi, peut-être que c'est juste une habitude de non-sexe.

Je veux être heureux.
Je veux une relation saine, un amour vrai, un famille heureuse, une vie sexuelle normale.
Je rencontrerai des gens biens, des filles biens.
Pour que cela marche à ce moment là, il faut que je sois soigné. 
Il faut que j'y arrive pour être heureux.

Lors de mon dernier message, je parlais de la tolérance zéro,  zéro octet, zéro pixel. 
Il faut que j'aille vers cela.

Je pars en voyage, je vais en profiter pour être déconnecté.
Après ça, (et pendant le voyage surtout) je réfléchirai à commenter détoxifier mes lieux de vie. Ne rien laisser au hasard, ne pas laisser la place au cerveau pour trouver un compromis.

Je veux être heureux.
 
Salut l'ami

Quel beau texte que tu as écrit, et tu as raison à 100% dans cette volonté de vivre une autre vie. Par contre, ne soumet pas tout à ta sortie de la dépendance. 

Je veux dire que ce combat peut-être long. Si tu attends de t'en sortir pour vivre ta vie, cela  pourrait prendre longtemps. Et tu pourrais par ailleurs te priver de belles rencontres, donc attention. Et puis, surtout: rencontrer quelqu'un, avoir au moins un pan de sa vie équilibré, est le meilleur moyen de sortir de la dépendance. Donc parfois, il faut pouvoir construire sa vie en parallèle, et s'en faire une arme. 

J'explique: J'ai 50 ans. J'ai rencontré ma compagne à 24 ans. J'étais déjà dépendant au dernier degré, et pourtant, cela ne m'a pas empêché d'avoir une vraie vie, des enfants, une vie sociale... Alors je ne te dis pas que tout est rose: notre vie de couple, sexuellement parlant, est partie il y a bien longtemps, je vis une vraie frustration de ce côté là, et il est parfois très risqué de "pratiquer" alors que finalement, la famille n'est pas loin. Bref, on se sent parfois sale et naze, quand on reçoit des mots d'amour alors que l'on passe la moitié de son temps assis à un ordi le pantalon sur les chevilles. 

Et pourtant! C'est aussi un puissant stimulant. Le fait que la famille soit là, les vacances, des messages de bonheur, la vie quoi! Il ne faut pas s'en priver. Et en plus, dans les moments de déprime, cette vie, que tu auras réussie, sera une satisfaction, quelque chose à quoi te raccorcher. C'est un équilibre, une capacité à compartimenter sa vie, qu'il faut atteindre. Et après, cela peut vraiment aider à avancer. Mais attention, il faut aussi veiller à ce que notre côté obscur ne rejaillisse pas sur cette vie "normale". Un vrai équilibre. 

Bref, pour résumer: ne te prive pas de ce que la vie peut t'offrir parce que tu veux d'abord te sevrer. Saisis toutes les occasions que tu pourras trouver d'avoir au moins une partie de vie "clean". Ce sera par la suite la meilleure des armes et la meilleure des motivations.

Bon courage, profit bien de ton voyage pour t'offrir quelques jours de répit et peut être t'appuyer dessus pour te bâtir une nouvelle vie.
 
Bon courage à tous pour le NNN.

Ca m'a toujours fait rire, ce truc, jusqu'au jour ou je me suis rendu compte que j'en avais besoin.
Maintenant, je trouve le traitement de cet "evenement" d'internet trop puéril.
 
Je viens de terminer un jeu vidéo.

A la fin, on découvre que le personnage qui nous guidait, qui nous faisait faire les actions, dans un but sombre, tout en nous récompensant et en nous félicitant, en fait... c'était nous-même. C'était un miroir.

Belle allégorie du cerveau du dépendant...
 
Il s'agit de Dredge.
Ambiance un peu sombre mais graphiquement mignon.

Mais maintenant, tu connais la fin...

dredge.jpg
 
6ème jour de sevrage :
Je sens mon corps et mon cerveau me trainer du côté privée du navigateur internet.

Je suis toujours fasciné par le nombre d'excuses et d'approche qu'à mon cerveau pour me faire céder "juste un peu".
NON NON NON !
"Ca te libérera". "Tu t'en fous de toute façon, il n'y a personne à décevoir". "Juste une image pour voir si ca te fait de l'effet".
NON !

C'est terrible, j'ai sincèrement des effets de manque. Des douleurs, des gênes. Un shot de dopamine règlerait tout ca. Mais il ne faut pas !

Ce matin, j'ai eu une érection matinale. 
Ca m'a fait plaisir, ca m'a rassuré. Mais il ne faut pas que je relache les efforts pour autant.

Les vidéos que j'ai regardé sur le fonctionnement du cerveau (dispo sur le forum) me servent. 
Je vois mon cerveau tenter des choses. Il faut que je l'occupe.
Quand je suis avec du monde, tout va bien. C'est quand je suis seul devant l'ordinateur que tout est compliqué.
Il faut que j'arrive à être productif devant ce PC ou ne pas être devant le PC. 

Cette semaine, je me lance dans un projet sportif pour m'occuper hors du PC.
Cette semaine, j'apprends à occuper mon cerveau devant mon PC et à le récompenser comme il faut.
Cette semaine, je lutte encore contre mon cerveau malade.
 
J'arrive à enchainer les sevrages de 07 jours.
Mais quand une grosse mauvaise nouvelle arrive, c'est difficile de se priver du shot de dopamine...

Nouvelles règles dans la vie : 
- Toujours savoir ce qu'on va faire sur l'ordinateur avant de l'allumer. Ne jamais lancer l'ordinateur pour voir, pour passer le temps, pour glander.
- Interdiction de porter un jogging. Je reste en jean et ceinture maintenant. Le confort physique, lorsqu'on est seul, amène à la luxure. 
- Faire en sorte de se faire ban des channels X. Faire en sorte 
- Si je craque, je dois le faire rationnellement : "Ok, tu as besoin d'une dose. Tu prends ta dose vite fait, bien fait. On ne passe pas 6H sur l'écran à chercher LA vidéo. Tu prends la première et voila. "

Tout reste difficile, néanmoins. 
J'ai hâte d'être heureux.
 
Salut l'ami

Ce sont de bonnes règles que tu édictes ici, franchement, c'est intéressant et c'est rassurant, car tu sais au fond de toi quelles sont les solutions pour t'en sortir. Il ne te reste plus qu'à les mettre en pratique, toutes en même temps! LE coup de l'ordi par exemple, franchement bien!

Bref, bravo à toi, ton sevrage, c'est très bien, 7 jours, c'est un bel effort, avec toujours en tête qu'il faut continuer. 

Je relis ta note précédente et elle est très révélatrice! Tu as raison, c'est notre cerveau qui est dépendant, il est persuadé que ses shoots lui sont vitaux, comme la respiration lui est vitale. Il faut donc le rééduquer, et ne pas écouter tous ses signaux d'alerte. il faut être plus fort que lui, plus mature, plus intelligent, et ainsi avancer. 

Lors de mon dernier sevrage long, j'ai eu mal aux c. pendant toute une matinée, comme par hasard, au bout de 8 ou 9 jours de sevrage... Alors oui, je me suis dit à ce moment là "allez, 8 jours c'est bien, ça fera du bien, une petite ejac, pour soulager la pression...", et puis j'avais peur d'avoir un vrai problème physique, mais j'ai compris que la coincidence était trop étrange... Et qu'il s'agissait d'un message de mon corps que je ne devais pas écouter. Je me suis donc dit que, ok, j'allais attendre 2 ou 3 jours et que si la douleur persistait, je verrais quoi faire, mais qu'en attendant, je devais tenir... Et dans les minutes qui ont suivi, cette douleur a disparu...

Notre cerveau nous trompe, il nous faut être plus forts. courage à toi.
 
Retour sur ce mois de novembre, ce fameux "No Nut November..." qui me faisait pouffer il y a encore un an.

Screenshot-20231201-155557-Work-Shift-Calendar.jpg

7 échecs
2 troubles/difficultés intenses
21 succès

3 journées passives
19 journées actives
8 journées entourées

Quelles sont les apprentissages de tout ça ?

Mon état psychologique m'empêche de réussir mon sevrage.
Mon non-sevrage entretient mon état psychologique.

C'était plutôt un bon mois, personnellement.
J'ai résisté à certaines mauvaises nouvelles et mais j'ai craqué face à d'autres.
Je dois mieux comprendre mon cerveau pour ne pas lui obeir. 

J'ai réussi plusieurs fois à dire "non". J'ai réussi à refermer immédiatement le PC quand je sentais le cerveau réclamer ça dose.
Ces derniers jours, j'ai failli mais je peux revenir dans cet état d'esprit.
Si je parviens à tenir 30 j, j'aurai changé mes habitudes.

23 jours sur 30, c'est quand même 76% de réussite.
C'est déjà un énorme pas, par rapport à avant ma prise de conscience. 

Après un enchainement de 9 jours consécutifs, je me sentais bien, je sentais l'énergie sexuelle positive revenir.
Mais c'est tentant de "se faire plaisir". 
Je vais tester de me faire plaisir, sans support, si j'arrive à atteindre 10jours.

En bref, premier vrai mois de tentative sérieuse, en pleine conscience.
Plutot positif comme résultat.

Là, je commence le mois de décembre assez mal mais je vais pouvoir compter sur mes proches pour bien finir l'année.

[Merci à vous pour vos messages sur mon topic ou sur les autres. Je vous lis très régulièrement et ça m'aide beaucoup. Bon courage à tous.]
 
Salut,

C'est un beau mois ça ! 76% de réussite, tu peux en être fier, surtout si tu dis que tu arrives à arrêter devant l'ordi? A dire NON ?? Chapeau. Moi une fois que c'est dans la tête, je j'ai jamais réussi a rebrousser chemin.

Sinon qu'en penses tu de l'application? Tu trouves ça plus motivant que le compteur que l'on retrouve ici qu'il faut remettre à zéro à chaque fois que tu rechute.

Peux tu mettrais la légende des couleurs, je veux voir ce qui se passe quand tu es entouré. Peut être nous mettre une définir de ce que signifie aussi être entouré pour toi.

Personnellement je changerai les couleurs pour y aller graduellement, du vert (tout va bien), à jaune, orange et rouge pour qu'en un clin d'œil on puisse voir et comprendre le bilan de ton mois, car là c'est difficile.

Bonne chance!
 
Hello, bravo à toi pour ces progrès, c'est vraiment bien! 

Si je peux me permettre, garde en tête un objectif prioritaire, allonger les jours consécutifs, c'est vraiment le mieux pour ne pas se maintenir dans un état de dépendance. Je me souviens avoir pu, il y a quelques années, aligner les mois ou je ne faisais presque rien, mais comme je cédais malgré tout à intervalle régulier (1 fois tous les 10 jours), j'entretienais mon addiction, et le jour où j'ai été fatigué de mes efforts, elle est revenue à toute force.

Donc bravo à toi, mais n'oublie pas de progresser et d'avancer! :)

Félicitations
 
Screenshot-20231203-222954-Work-Shift-Calendar.jpg


J'aime bien ma légende de couleurs.
Noir et gris, pour l'échec et la difficulté.
Rose pour le succès.
Vert et orange pour les bonnes journées.
Violet sombre pour les journées molles.


Oui l'application est intéressante pour faire un point sur une période, un mois, un an, etc.
Et effectivement, j'étais fier de mes 9 jours consécutifs et aujourd'hui ma série n'est à que 2 jours mais je peux voir ce que j'ai accompli dans le mois donc je n'oublie pas mes succés. 
On peut voir sur une belle période, tout les efforts et pas seulement à quand date le dernier échec.

Une journée entourée c'est une journée ou j'ai été avec des amis, de la famille. Des journées ou j'ai été coupé du porn' par la sociabilité.
Une journée active c'est une journée ou je me suis occupé moi-même, une journée ou j'ai réussi à trouver des activités sans céder aux tentations. Ca peut être une journée devant l'ordinateur ou j'ai réussi à me tenir occupé sur du boulot, des recherches, des formations pertinentes. Bref, des trucs intelligents. Ca peut être du sport. Ca peut être le travail.
 
Screenshot-20240117-162739-Work-Shift-Calendar.jpg


5 jours de consommation (16%)
7 jours de visionnage (23%)
19 jours sains (61%)

Le plus impressionnant avec ces chiffres, c'est qu'avant j'étais probablement à 85% de consommation et que les jours de consommation c'était plusieurs fois (5-6 fois).

Aujourd'hui, si je dois céder, je cède vite. J'y passe 15 minutes, je ne gâche pas ma soirée, ma journée pour ça.


Quand je fais de longue série, je regagne en virilité, en fermeté, en estime de moi. Le matin, je me sens vif. Le soir, je me sens fier.

Ce mois de décembre, a été marqué par une rencontre avec une fille très jolie et très sexuelle. 
Il est évident de détecter quand j'ai commencé à discuter avec elle. ≈10 décembre.

J'ai envie de croire que ma rédemption se fera grâce à ça. Grace à des rencontres qui me donne envie d'être fier, d'être ferme pour elles.

Par contre, j'ai beaucoup plus visionné sans aller jusqu'au bout.
Il faut que je fasse attention, je n'extermine pas l'addiction à cause de ce comportement. 

J'ai quasiment réussi à supprimer ma consommation de chat, discord, scénario. 
Je pense que c'est grâce à ma séance chez le psy et d'un commentaire idiot sur internet. Je vous explique : 

J'ai verbalisé ce que je savais déjà, que je discutais avec des hommes, je faisais semblant d'être une femme pour écrire et faire vivre à mon personnage des fantasmes tordu. 
Le commentaire idiot disait : "Envoyer des photos de femme à un homme, c'est chercher à exciter un homme, c'est gay"
Je ne suis pas homophobe. L'argument ne m'a pas touché directement mais ça m'a fait réfléchir du pourquoi, je faisais ça, pourquoi je cherchais à écrire des histoires sales avec des partenaires en extreme majorité masculin (assumé ou non).

Pour parvenir à supprimer cette consommation, je me suis fait bannir de tout les canaux que je connaissais. Maintenant, je n'ai accès qu'à une communauté mineure et de piètre qualité. 
Je peux toujours refaire un compte, je sais.
Mais ça ajoute un frein qui peut m'être salvateur.

Quand j'y vais, (Une fois ce mois là) j'assume être un homme, qui veut écrire tel fantasme, mon fantasme. Pas le fantasme de mon personnage. 


Pour le porno, c'est pareil. 
Quand j'y vais, je regarde du beaucoup moins Hard. Je commence à trouver ça sale ou du moins excessif et factice. 
J'ai envie d'une sexualité normale. Je regarde de l'amateur et des pratiques normales.
Je me demande si c'est pas une bonne façon de désamorcer doucement la bombe, pour certains.


Je fais un retour tardif [20/01/24] mais je suis venu vous lire très régulièrement. 
Merci de votre soutien.
A très bientôt pour le mois de janvier (quand j'aurai pris le temps d'y réfléchir).
 
Haut