Dépendance sexuelle

Bienvenue sur le forum d'entraide pour les co-dépendant(e)s et dépendant(e)s au sexe sous toutes ces formes (tchat, porno, escorte, etc.). Vous y trouverez des espaces de partage et d'entraide, ainsi qu'un espace collaboratif (wiki) et des vidéos. N'hésitez pas à vous inscrire et partager votre histoire en toute confidentialité.

Mon petit journal - 24 ans - Nouvelle année.

Salut cher Revivre,


je viens de lire tes derniers posts. Je constate comme toi que rien n'évolue. Tu racontes et re-racontes des faits en détail, qui ne changent strictement rien à la problématique, et tu écris encore "il me semble que je suis dépendant". Et à part t'exprimer (ce qui est certes important), je ne vois pas quelle démarche tu as mise en oeuvre pour tenter un sevrage ou un changement d'attitude, malgré plusieurs messages très clairs de nombreux membres du forum.

J'appelle ça du déni!
Même si sur ce forum nous sommes tous passés par des événements du même genre, plus ou moins corsés, il n'en demeure pas moins qu' il s'agit d'un sérieux trouble du comportement!

Si tu veux vraiment que les choses changent, il me semble que tu dois accepter que ce n'est pas du tout normal ni la suite nécessaire et logique  d'une adolescence difficile.
Et j'espère qu'alors émergera une démarche, comme ,par exemple!, consacrer 500 euros à quelques heures chez un psy plutôt qu'à quelques minutes avec la plus belle prostituée du département...


Corto
 
Revivre,
Je suis plutôt d'accord avec Corto ! Tu dis que tu sais pourquoi tu es dépendant mais pourtant tu l'es toujours. J'imagine que tu as compris certaines choses par toi même mais tu ne peux pas être certain d'avoir toutes les clés pour comprendre l'origine de ton problème. Les choses sont sans doute plus profondes que ce que tu crois. Et puis surtout tu n'as visiblement pas les clés en main pour te guérir réellement de cette addiction. Alors que comptes-tu faire vraiment cette fois-ci pour te donner une vraie chance de t'en sortir ?

Si tu veux vraiment t'en sortir, je crois qu'il faut que tu demandes de l'aide extérieure. Je sais que la démarche n'est pas facile à faire (je suis passé par là !) mais tu n'as pas cinquante solutions en fait. En 2012 beaucoup de monde te disait d'aller voire un psy. On est 3 ans après et tu ne l'as visiblement pas fait. Je crois qu'il faut vraiment que tu réfléchisses sérieusement à cette possibilité. Qu'en dis-tu ?
 
Revivre,

tu dois réagir, et comme l'on dit Steph et Corto, j'ai l'impression que ce n'est pas une réelle prise de conscience. Que tu sois ici est déjà un signe que tu ressens le besoin de t'en sortir.
Tout ce que tu dis, nous le vivons tous. Combien de réunions dont nous accélérons la fin pour aller assouvir nos penchants, combien de soirées que l'on pourrait passer entre ami qui finissent dans des lieux glauques...
Il n'y a pas de fatalité. On peut changer le cour des choses. Il faut en prendre conscience, il faut de la volonté et aussi de l'aide.
Ce forum pourra surement t'aider à prendre conscience de ta dépendance, à voir qu'il y a une vie après (ou un début et une fin), tu auras de l'aide pour cheminer dans ton sevrage. Mais tu dois combattre les causes de ta dépendances, et cela est en toi. Et tu n'y arriveras pas tout seul, tu dois faire ce travail sur toi, en d'autre terme une psychothérapie. Pourquoi ne vas tu pas voir un psychiatre ? Il n'y a pas de honte. Il faut franchir la porte ! et surtout persévérer. Dans mon cas, cela fait 3 ans que tous les 15 jours le jeudi matin je franchis cette porte. Au début je ne comprenais pas ce que je faisais là, puis je me suis aperçu que cela m'aidait (pendant quelques jours après la séance, j'étais serein). C'est devenu presqu'un rituel, je vais ensuite prendre un café dans le bar en face en notant dans un carnet mes impressions. Aujourd'hui, tout ce travail me permet d'envisager sereinement le sevrage. Je n'ai pas encore compris tout, mais je le gère mieux, et je commence à y voir clair (moins trouble).
Pratiquement, je suis allé voir mon docteur et je lui ai dit que cela ne pouvait plus durer. Il n'a pas demandé trop de détail, il m'a fait une lettre, m'a donné une adresse et voilà. J'ai aussi eu la chance d'avoir un psychiatre très ouvert. Il m'écoute (beaucoup), mais il sait intervenir quand il faut, poser les bonnes questions et cela avec tact.
Si tu veux revivre, COMMENCE CE TRAVAIL SUR TOI, VA VOIR UN PSY !

Bon courage, et n'hésite pas à poster ici régulièrement.

Fabrice
 
Hello Revivre...

Tout le monde t'enguirlande un peu. J'espère que tu le prends bien, mais j'avoue que mes précédesseurs ont raison... Tu dois sortir de ce cycle, de cet état qui te maintient dans la dépendance. Rien ne sert de compter les euros et les heures perdues. Il te faut un vrai changement, un vrai bouleversement pour que tu puisses évoluer. Et franchement, après 10 ans passés ici, il faut avouer que le forum, même s'il est un lieu de rencontre essentiel, ne pourra pas te mener au bout de tes efforts. Tu en es à un stade où tu dois te faire aider. Franchement, une intervention extérieure est essentielle. Ca te gène? Tant mieux! Si tu souhaites vraiement mener une existence vraie, sans peur que ta famille découvre tout, pour mieux apprécier les compliments que l'on te fait, pour ne plus mentir, alors bouge toi mon vieux.

Parmi les puissantes motivations qui me poussent à avancer, il y a tout d'abord une peur: qu'un jour, un de mes proches découvrent ma double existence. Voilà environ deux ans que j'ai mis aux oubliettes tous mes fichiers, signets et vidéos X, j'espère que jamais cette partie de ma vie ne réémergera, même si bcp de combats restent à mener de mon côté. 
Autre motivation, une volonté, que les autres aient un amour vrai pour moi! Ne pas me dire, quand ma fille me sert dans ses bras, qu'au fond, cela n'a guère de valeur parceque... si elle savait... Je et tu, nous gâchons toute notre vie à faire cela, notre existence a moins de saveur, tout n'est que tromperie. Et pour quoi? Quelques secondes de jouissance? Une vie parallèle avec des personnes qui, au fond, se moquent de notre sort?

Tu as le choix, vivre une existence médiocre et tronquée, ou combattre, pied à pied, pour redonner des couleurs à ta vie. Bats-toi, change tes habitudes, renoue avec des passions anciennes pour remplir les moments que tu consacrais à la masturbation, va voir des expos justement etc. Et pour le fric que tu consacrais aux filles, à la place, offre toi des cadeaux! Ce sera encore bcp d'argent dépensé, mais tout plutôt que de le passer à des filles tu vois? Ce sera des récompenses pour toi, parce que tu LE MÉRITERAS.

Et je disais donc: aller voir un psy de saoule? Tant mieux, fais le! tu as besoin de ce coup de pied au cul pour que ça change. S'il est bon, ce psy, tant mieux! S'il est nul, tant pis! mais au moins, tu te seras ouvert à une autre personne.

Pardon de le dire mais t'as pas le cul sorti des ronces mec. Tu dois te pousser. Sinon, ta vie ne sera qu'une suite de faux-semblants, au mieux. Et au pire, tu perdras tout.
 
Salut,

J'ai actuellement 37 ans, soit 13 ans de plus que lorsque j'ai posté le premier message de ce sujet (le temps passe si vite ...).

Il y a quelques améliorations par rapport à mon addiction :

Cela fait environ 1 an que je ne suis pas allé voir une prostituée, alors qu'auparavant ma "moyenne" était plutôt de 2 ou 3 rencontres par mois. Je pense que l'élément déclencheur a été la nouvelle loi pénalisant le client en France. Je sais que cela peut paraître bête, mais le fait de penser que mon addiction pourrait être connue de mes proches à l'occasion d'un contrôle de police a fortement ralenti mon désir de rencontres. Ajouté à cela une vie sexuelle avec ma compagne meilleure qu'avant.

Par contre, toujours difficile pour moi de décrocher des vidéos porno. J'arrive très bien à m'en passer pendant plusieurs jours (par exemple en vacances) mais dès que je suis seul devant mon ordinateur, la tentation revient. C'est un peu différent qu'avant, dans le sens où je ne vais pas mentir ou "rater" une sortie avec des amis ou des proches dans le seul désir de consommer du porno. C'est juste que c'est compliqué de résister lorsque je suis seul devant un écran (ordinateur ou smartphone).

Autre point négatif actuellement : j'ai l'impression depuis quelques semaines de faire de la déréalisation. Je ne sais pas si vous connaissez ce terme, mais en gros j'ai souvent l'impression d'être dans une bulle, d'être présent physiquement mais en dehors d'une discussion. Je suis dans la pièce mais ailleurs dans mon esprit, un peu comme dans du coton. Je fais les choses de façon mécanique, je peux discuter avec des personnes etc. mais j'ai parfois l'impression d'être vraiment ailleurs, "dans la lune", de voir un peu flou. Il peut m'arriver d'avoir des petits vertiges (comme si j'avais un peu bu) ou une grosse envie d'aller me coucher. Si, par exemple, une personne se fait mal à côté de moi, je vais peut-être l'ignorer (involontairement) et continuer mon chemin sans lui porter secours, c'est comme si j'étais dans un film. 

Pourtant tout va bien dans ma vie, je n'ai pas eu de choc lié à un traumatisme, pas d'angoisses, je dors bien, je ne fumes pas, je ne bois pas etc. 

C'est vraiment bizarre. Je ne sais pas si cela est lié à mon addiction, à mon sevrage ...
J'espère que ça va finir par passer car c'est vraiment gênant au quotidien.

Au plaisir de vous lire et bon courage,

Revivre
 
Bonjour Revivre,

J'ai connu ce que tu décris. Les américains appellent cela "brain fog". Chez moi, c'était un symptôme de dépression, de la dépendance.
Dans mon cas, la consommation de porno avait altéré le fonctionnement du cerveau. Le porno est une drogue dure.

Pendant mon rétablissement, ce symptôme a progressivement disparu. Je m'en suis sorti, mais je prends soin de moi.

Au plaisir de te lire
 
Salut,

Voilà quelques années supplémentaires depuis mon dernier message, 18 ans depuis le début de ce sujet et environ 30 ans de dépendance derrière moi. Le temps passe si vite, la vie passe si vite.

Ma dernière rencontre avec une escort remonte à presque 4 ans.
Je n'essaie plus de faire des rencontres réelles, plus de discussions "virtuelles" ou autres.

Reste le porno, toujours présent, pratiquement chaque jour.
Il ne dicte plus ma journée mais il est comme un exutoire quand j'ai de l'anxiété ou de la frustration.
J'ai tellement peur qu'un jour ma femme découvre mon histoire, tellement peur de tout perdre.

Je suis souvent frustré par le manque d'envie de ma compagne.

J'aimerais avoir des relations intimes avec elle, ou juste que nous nous réconfortions, nos corps nus, l'un contre l'autre.

Mais cela n'arrive qu'une dizaine de fois dans l'année, peut-être moins.

J'ai tout essayé depuis plus de 20 ans, mais il faut se rendre à l'évidence que nous n'avons pas les mêmes besoins à ce niveau, j'ai l'impression que c'est vraiment ce qui me fait replonger chaque jour; le fait de faire des efforts puis d'attendre une éventuelle relation qui n'apparaît pas.

Je sais que si un soir il y a un moment de tendresse entre nous, le prochain sera au minimum dans un mois, c'est difficile.

Je suis un peu dans une impasse, j'ai l'impression que finalement le porno est désormais ancré dans ma vie, pas vraiment de solution pour en sortir.
 
Salut l'ami et re-bienvenue ici! 

Tout d'abord bravo pour tes progrès, la lutte contre la dépendance, c'est aussi et avant tout lutter contre ce qui peut nous être nuisible. 

Je m'explique: Au fond, quel danger peut-il y avoir à se faire du bien si cela n'engage que nous-même? Si cela ne nuit à personne? Si cela n'a aucune conséquence?... Après tout, une petite br... pourquoi pas? Ce qui est dangereux, ce sont les escorts, les forums de discussion, les partages de photos, les déviances de toutes sortes. Avoir mis ce genre de chose derrière toi, c'est une grande avancée!! Un grnad bravo, vraiment! 

Après, il y a encore ce sentiment de culpabilité que tu traînes, et le manque physique. Pour la culpabilité, la peur qu'elle découvre tout, ne soit pas si inquiet. De quoi as-tu peur? Qu'elle découvre pour les prostituées? Comment le pourrait-elle si tu as tout arrêté depuis 4 ans? le risque s'éloigne, il est bien loin maintenant, derrière toi, dans le passé, une autre vie. Si tu ne replonges pas, il n'y a aucun risque. Ensuite, peur qu'elle découvre pour le porno? Franchement, si vous avez 10 rapports par an, elle doit bien se doute que le reste du temps, tu n'es pas inactif... Donc ne panique pas pour cela. Ma compagne, un jour, l'a plus ou moins découvert, que je matais du porno, sans toutefois se douter à quel point je le faisais, tout de même...

Elle m'a fait remarquer que, quand même, le porno... Je lui ai répondu que vu la fréquence de nos rapports, (inexistants), c'était "moindre mal"... Elle en a convenu. Donc n'aie pas peur de cela. Elle est une grande personne, j'imagine qu'elle t'aime, si elle découvrait, elle comprendrait. 

Enfin le manque physique. Là oui c'est compliqué. Je le vis aussi, c'est extrêmement frustrant... Mais vous n'avez pas complètement arrêté, et ça c'est bien. Les fois où il se passe quelques chose, chéris le moment, chéris la, soit à son écoute, même si ça te fait violence, même si tu as envie d'autre chose. Je n'ai plus aucun rapport depuis tant d'années!! Crois moi que je regrette de n'avoir pas été suffisamment tendre alors que j'en avais encore l'occasion... Sois attentif à ce qu'elle recherche, et si ces moments sont agréables pour elle, vous pratiquerez peut-être par la suite un peu plus. alors ce ne sera peut-être pas suffisant pour toi, mais il y aura déjà un mieux! 

En clair, dis toi que entre ne plus faire l'amour du tout et faire l'amour comme vous deux, il y a une grosse différence, ta situation n'est pas si mauvaise, et si tu veux aller plus loin, écoute là, sois patient... Et oui, pour cela, un peu moins de porno peut-être, car nous savons tous les deux que le porno déforme notre vision du sexe 

La dernière fois que je t'ai écris, j'ai dit que t'avais pas le cul sorti des ronces! Là franchement, ya plein de progrès, sans blague... Bravo, et continue!
 
Salut Revivre!

Tout d'abord courage à toi et bravo pour ton combat et merci d'exprimer des choses intimes et pas facile à vivre !

Le porno c'est ce bouche trou facile pas cher, une dose de plaisir éphémère mais...
Je re-suis en début de sevrage (j'ai craqué hier soir le fait de me livrer certainement et de la colère qui ressort de ne pas être libre de l esclavage )
et comme toi le porno c'est mon bouche trou par défaut quand besoin d'amour.toi tu es délaissé par ta femme et moi j'en ai pas et me sent mal à l aise avec une fille, au final il ressort cette solitude intérieur qui me dit que ma forte dose d'amour je le trouve forcément dans le porno. (Mon cortex frontal déréglé à force à besoin d'un bon shoot puissant, alors que normalement on en as pas besoin d'autant !ces dose "normales" se trouvent dans les petites choses de la vie des relations avec tout un chacun, un rire, un soleil qui se couche..(fin de la théorie)
Si je puis me permettre, je pense vital de " recabler" ce cerveau pour des automatismes qui aideront une fois la solitude frappant à ta porte. Tout naturellement elles prendront le pas sur les mauvaises habitudes et même tu auras plus envie de retourner au anciennes car elles te dégoûteront ( mon rêve !)

A Ciao l'ami !
 
Haut